Tisanière-veilleuse en porcelaine

Catégorie : Divers > Faïences & Porcelaines

Numéro de l'article : EXDI 151

Epoque : XVIIIe

Etat : Assez bon état, petits éclats

Photos (cliquez sur l'objet pour zoomer) :

Tisanière-veilleuse en porcelaineTisanière-veilleuse en porcelaineTisanière-veilleuse en porcelaineTisanière-veilleuse en porcelaine

Description :

Tisanière en faïence blanche, d'origine bourguignonne, comportant une base munie de deux prises en forme de bouton, surmontée d'un bol à bouillon à oreillettes plates en coquilles stylisées, lui-même supportant un couvercle.

Un modèle similaire est référencé dans "Veilleuses - A Collector's Guide", de Harold Newman, Cornwall Books, page 49, fig. 56.

PROVENANCE: Ancienne collection du Dr Hofstetter, l’une des 2 plus importantes collections suisses

La tisanière, ou veilleuse, est un ensemble destiné à tenir les tisanes au chaud, composé d’un socle creux, de forme généralement cylindrique, au fond duquel un petit récipient est rempli d’huile, avec une mèche que l’on enflamme. Au-dessus se place la tasse à tisane ou le bol à bouillon. Le tout, appelé tisanière ou veilleuse, est généralement en porcelaine, voire en faïence pour les modèles de 1750 à 1800.

Inventées à la 2e moitié du XVIIIe siècle, les tisanières sont très en vogue du Premier Empire (1804-1815) à la fin du Second (1852-1870). Simples au XVIIIe siècle, servant surtout pour le bouillon, souvent d’origine bourguignonne, elles sont essentiellement en faïence. Celles du début du Premier Empire sont pour la plupart en porcelaine blanche, soulignée d’un fin liseré d’or ou de couleur. Très rapidement, de nombreux décors apparaissent, les plus appréciés étant ce que l’on appelle «les paysages déroulés», qui représentent des vues peintes en polychromie rehaussée d’or. Sous Charles X, les motifs gothiques avec arcatures, ogives, créneaux et rosaces dits «à la cathédrale» - motifs inspirés par l’engouement des Romantiques pour le Moyen Age – se multiplient.

Vers 1830, Jacob Petit, un peintre de l’atelier de Gros, relance la mode «rocaille» des fleurs en relief et crée des tisanières en trompe-l’œil en forme de personnages (mousquetaire, curé, religieuse, Chinois). Il fabrique également des tisanières en «lithophanie» (procédé utilisé jusqu'à la fin du XIXe pour reproduire dans la porcelaine un sujet avec des effets gradués de transparence).

Ces deux dernières catégories de tisanière sont très rares et recherchées.

Prix : CHF 350.-   /   EUR 0