Amphore à engobe noir et décor ocre

Catégorie : Arch. méditerranéenne > Grèce

Numéro de l'article : GREC 17

Epoque : ca. 490 av. J.-C. (époque hellénistique)

Taille : H 38 x 24 cm

Etat : Assez bon état, restaurations exécutées au Musée d’art et d’histoire de Genève

Photos (cliquez sur l'objet pour zoomer) :

Amphore à engobe noir et décor ocreAmphore à engobe noir et décor ocreAmphore à engobe noir et décor ocreAmphore à engobe noir et décor ocre

Description :

Amphore à figures noires présentant sur une face un combat d'hoplites entre deux femmes et, sur l'autre, un quadrige. Anses trifides, panse ovoïde, pied débordant. Sur le col, deux frises opposées de palmettes et, sous les tableaux, une frise de languettes rayonnantes et une autre de boutons de lotus. Terre cuite à vernis noir et rehauts blancs et rouges.

L’époque hellénistique (IVe-Ier siècle av. J.-C.), si l’on excepte les figures d’Alexandre le Grand et de Cléopâtre, est relativement méconnue. Elle est souvent considérée comme une période de transition entre l’éclat de l’époque classique grecque et la puissance de l’Empire romain. Cependant la splendeur des villes, telle Alexandrie, l’importance des échanges économiques, des métissages culturels, le rôle dominant de la langue grecque et sa diffusion vont profondément modifier le visage du Moyen-Orient antique.

L’époque hellénistique a été définie par les historiens du XIXe siècle à partir d’un critère linguistique et culturel, à savoir l’accroissement spectaculaire des régions où l’on parle le grec, et donc du phénomène d’expansion de l’hellénisme. Les limites chronologiques de la période hellénistique sont donc conventionnelles et politiques: elles débutent avec les conquêtes d’Alexandre le Grand et se terminent quand le suicide du dernier grand souverain hellénistique, la reine d’Egypte Cléopâtre VII, fait place à la domination romaine.

Prix : SUR DEMANDE