Collier de fouilles en spondyle mochica

Catégorie : Arch. précolombienne > Pérou

Numéro de l'article : PREC 378

Epoque : Mochica, 200 av. à 200 ap. J.-C.

Taille : 76 cm

Etat : Très bon état pour l'âge

Photos (cliquez sur l'objet pour zoomer) :

Collier de fouilles en spondyle mochicaCollier de fouilles en spondyle mochicaCollier de fouilles en spondyle mochicaCollier de fouilles en spondyle mochica

Description :

Collier composé de perles de spondyle rouge et de spondyle crème et d’une plaque faite d’un petit spondyle, remonté comme à l’origine.

Mille ans avant les Incas, entre le Ier et le VIIe siècle de notre ère, les Mochicas occupèrent une étroite bande de terre désertique sur la côte Nord du Pérou, entre les Andes et le Pacifique. Les merveilles extraites de la tombe du seigneur de Sipan ont permis une avancée majeure dans la connaissance de la civilisation mochica. Cette découverte revête la même importance pour l’Amérique latine que celle du tombeau de Touthankamon en Egypte ou du mausolée de l’empereur Qin à Xian en Chine.

Coquillage bivalve aux couleurs vives, orange, rouge et violet, le spondylus - que l'on trouve le long du rivage équatorien, sur les plages au nord du Pérou et de l’Equateur - servait de «monnaie» d'échange et jouait un rôle important dans les rituels religieux. Considéré comme la nourriture des dieux, il servait d’offrande à Pachamama (Terre-Mère), la déesse-terre; les peuples précolombiens l’associaient également à la pluie et à la fertilité. Il était aussi incorporé dans les parures.

Le peuple mochica, par exemple, vouait un culte aux animaux et à la mer et a souvent représenté des coquilles de spondyle dans son art. On trouve le spondyle percé pour servir de pendentif, taillé en rondelles par la technique du «heishi», ou encore en plaques pour composer de magnifiques pectoraux.

Prix : CHF 380.-   /   EUR 0